RSS

Archive | I- Sixième témoin : Michel Madar Flux RSS de cette section

À propos de lespppalabarre

Sixième témoin : Michel Madar

26 avril 2016

Commentaires fermés

Sixième témoin : Monsieur Michel Madar, Directeur du pôle Achat public de Crop and Co

témoin 6

VIDEO (109’50 à 128 minutes)

Il posera la question de la difficulté par les institutions publiques :

madar2

-       à définir les besoins

-       à définir un objet et de facto un programme

ð question de compétences (disponible en interne -RH- pour être force de contrôle par rapport au privé)

ð question de contexte (instabilité réglementaire, sociale, incertitude sur l’avenir…)

 

—————————————————

Instabilité /figement

-       Problème de pilotage du côté de la puissance publique (compétence) :

  • Dans la définition d’un programme en urbanisme et en architecture : il y a toujours des modifications de programme alors même que les entreprises tentent de définir un objet = cela a un coup pour les entreprises => instabilité

 

-       Un outil juridique qui fige des relations sur des temps long alors qu’il existe une forme d’instabilité juridique (code d’urbanisme qui change tous les 4 matins,  annulation)

 

photo-madar-alabarre2

Dans une opération de type loi MOP de construction publique, un maître d’ouvrage doit : monter l’opération, étudier opportunité et faisabilité, monter un programme de maîtrise d’œuvre (PTD). Sur cette base il sélectionne un maître d’œuvre, valide ses études puis le DCE, passe les marchés de travaux, suit leur exécution technique et financière et enfin dresse des bilans. C’est l’esprit de la loi MOP : le maître d’ouvrage se doit de maîtriser l’opération par la maîtrise de ses acteurs.

-  Dans une opération de type conception réalisation, le maître d’ouvrage sélectionne un groupement « Maîtrise d’œuvre + Entreprises de travaux ». Le maître d’œuvre peut-on dire « n’est plus de son côté ». le rapport de force commence à s’inverser.
Mon expérience montre que :

o   l’étude comparative Loi MOP / Conception réalisation est souvent lacunaire pour ne pas dire inexistante.

o   la décision du processus Conception réalisation est souvent opportuniste (maque de compétences technique interne + séduction du calendrier plus rapide – on évite de ce fait une procédure de maîtrise d’œuvre)

En fait cette procédure est assez souvent prise à mauvais escient, au-delà des pures raisons légitimes de complexité technique de l’ouvrage

 

Dans une procédure de type PPP, le maître d’ouvrage se retrouve seul face à un groupement Maîtrise d’œuvre + Entreprises de travaux + Financiers !! La délégation est totale. Le rapport de force l’est également.On retrouve souvent dans ce processus PPP les lacunes d’analyse préalable augmenté de l’argument suprême : « on n’a pas l’argent mais on peut faire quand même ». O tentation, O délices.

 

Ces 3 processus Loi MOP / Conception Réalisation / PPP ont un sens. Il n’y a pas de mon fait et de celui des consultants de Crop and co une opposition dogmatique.

 

Mais le choix de ce processus doit être réalisée dans une logique vertueuse d’achat, qui je le rappelle a pour but de créer de la valeur (optimisation technique et financière de l’euro dépensé). Ce processus est très schématiquement  le suivant :

photo-madar-alabarre

 

1.       Définition précise et bien dimensionnée du projet (définition du besoin, opportunité, faisabilité, approche en coût complet, gestion des risques, …)

2.       Réalisation d’une étude de marché sur les aspects techniques et financiers

3.       Définition d’une stratégie d’achat incluant une analyse comparative sincère et véritable des différentes natures d’opération.
madar3b
On ne peut que constater que cette logique vertueuse n’est très souvent pas respectée dans les 3 types de procédures. Et les impacts négatifs pour le maître d’ouvrage sont inversement proportionnels à sa non maîtrise des acteurs du projet.

 

Et pour finir, tombons ensemble de notre chaise en lisant la Recommandation n° 3 du rapport du Sénat sur les PPP « Supprimer le critère de l’efficience économique pour justifier le recours à un contrat de partenariat »

 

Cartiertechno |
Supermarketlady |
Windows 10 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Programmationobjetsio
| Projetsig
| Orangepi